FLASH INFO

Abidjan : Conférence internationale sur le développement des marchés financiers en Afrique de l’Ouest - Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly se félicite des « avancées significatives » enregistrées dans l’UEMOA

Prévue sur deux jours, la première conférence du Programme conjoint pour les marchés des capitaux du Groupe de la Banque mondiale (J-CAP) a été ouverte ce lundi 10 février 2020 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan-Cocody, par le Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly, autour du thème : « Marchés des capitaux : investir pour la croissance ».

Dans son allocution d’ouverture de cette conférence, le chef du Gouvernement ivoirien s’est réjoui des avancées enregistrées dans le développement des marchés financiers dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

« Cette conférence est le lieu de réfléchir sur les problématiques de croissance de nos économies à travers des outils de financement dans les marchés financiers. (…) Des avancées significatives ont été enregistrées dans le développement du marché financier de notre région. En effet, dans notre zone, la création de ce marché financier régional depuis 1998 a permis, jusqu’au 31 décembre 2019, de mobiliser pour nos Etats environ 5 500 milliards de FCFA pour financer nos programmes de développement. (…) Par ailleurs, considérée comme la 10e place financière d’Afrique en 2011, la BRVM se hisse désormais au rang de 7e plus grande place financière d’Afrique », a cité, entre autres exemples, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, pour se réjouir des résultats de l’espace UEMOA dans le domaine des marchés financiers.

Malgré ces remarquables progrès, a poursuivi le chef du Gouvernement, le marché financier de l’UEMOA doit faire face à des défis importants pour permettre à la place financière sous-régionale de jouer pleinement son rôle. A en croire le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, ces défis sont relatifs, entre autres, à la faiblesse des profondeurs de ce marché et à une faible participation des investisseurs étrangers.

Le président du Conseil des ministres de l’UEMOA et ministre des Finances du Bénin, Romuald Wadagni, a, pour sa part, articulé son intervention autour de deux axes. Le premier axe a porté sur l’urgence de mettre sur pied des réformes en vue de faire du marché financier sous-régional « un marché dynamique et efficient ».

Dans le second point de son intervention, le président du Conseil des ministres de l’UEMOA a mis l’accent sur les attentes de la conférence. «Beaucoup d’efforts ont été réalisés sur le chantier institutionnel et réglementaire. Mais il reste encore des choses à faire. (…) Comment faire de l’outil fiscal un véritable instrument attractif de notre marché des capitaux ? Comment utiliser la sensibilisation et la communication comme des mécanismes pour permettre à des unions souveraines d’être plus actives dans le marché ? Que doit-on faire pour ouvrir notre marché à des investisseurs hors de notre zone, en prenant en compte les risques que cela pose ? », s’est interrogé le ministre Romuald Wadagni, pour mettre en lumière la problématique au cœur de ces deux jours de réflexion.

Le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, a, quant à lui, souligné que dans la plupart des économies des pays impliqués dans l’initiative conjointe J-CAP, le dynamisme de l’activité économique est soutenu. Non sans relever que « les marchés boursiers apparaissent comme le levier essentiel de financement des économies ».

Pour la Directrice générale et Directrice financière du Groupe de la Banque mondiale, Anshula Kant, les résultats de cette première conférence seront déterminants pour le futur des marchés des capitaux de l’UEMOA.

Dans son allocution de bienvenue, le président du Conseil régional de l’Epargne publique et des marchés financiers (CREPMF), Mamadou Ndiaye, a rappelé que le 6 décembre 2018 à Dakar, le Groupe de la Banque mondiale et son institution ont signé un protocole d’accord traduisant leur volonté commune d’accompagner le développement du marché financier régional en vue d’une meilleure contribution au financement des économies de l’UEMOA.

Le J-CAP a été lancé en 2017. Le Bengladesh, l’Indonésie et le Vietnam en Amérique latine, ainsi que le Kenya, le Maroc et les pays de l’UEMOA en Afrique sont les Etats inscrits en priorité dans le cadre de ce programme de la Banque mondiale.

SOURCE : SERCOM MEF