Amélioration du cadre de gestion des travaux routiers : La Côte d’Ivoire se dote d’une plateforme électronique

En vue d’améliorer le cadre de gestion des travaux routiers, la Côte d’Ivoire a mis en place une plateforme électronique logée à l’Agence de gestion des routes (AGEROUTE). Dénommée « ageroutemarché.ci », cette plateforme a été remise symboliquement le mardi 16 février 2021 par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, à son collègue de l’Equipement et de l’Entretien routier, Amédé Koffi Kouakou, en présence de la Directrice des opérations de la Banque mondiale, Coralie Gevers, au cours d’une cérémonie qui a eu pour cadre le 20 e étage de l’immeuble Sciam au Plateau.

L’outil informatique, objet de ladite cérémonie, a été envisagé par le gouvernement pour pallier un certain nombre de problèmes au nombre desquels : les avenants récurrents ; la mauvaise qualité des infrastructures routières ; la faiblesse des opérateurs du secteur routier ; les retards dans la réalisation des infrastructures ; et le suivi de la mise en œuvre des contrats routiers. Après avoir rappelé que c’est dans ce cadre qu’il a été convenu de réaliser « ageroutemarché.ci », le ministre Adama Coulibaly a indiqué : « Cette plateforme devrait être accessible aux opérateurs économiques, à la population ainsi qu’aux partenaires nationaux et internationaux. De façon concrète, il s’agit d’une application WEB conçue pour renforcer la transparence et la bonne gouvernance dans la gestion des contrats et travaux routiers. Elle permettra à l’Etat de gérer, de manière rationnelle, le budget affecté aux infrastructures routières et de faire des économies d’échelle à travers le renforcement de la qualité des travaux réalisés. ». A l’en croire, ladite plateforme apportera une amélioration considérable à la gestion des marchés et des contrats d’entretien routier, ainsi qu’à l’appréciation de la performance des entreprises de travaux publics.

En ce qui concerne les populations, a-t-il poursuivi, « ageroutemarché.ci » leur offrira l’opportunité de mieux juger les actions du gouvernement en matière de gestion des travaux routiers.

Par ailleurs, a ajouté le ministre de l’Economie et des Finances, un renforcement des capacités des acteurs est prévu en vue d’accroître la participation des PME/PMI au processus de contractualisation pour un développement davantage inclusif.

Le ministre Amédé Koffi Kouakou a, pour sa part, fait savoir que cette plateforme vise spécifiquement à améliorer la gestion des procédures de passation des marchés publics ; à retracer toutes les étapes significatives du processus de passation des marchés publics ; l’archivage de la documentation liée à la passation des marchés ; l’archivage de la documentation liée à l’exécution des travaux ; à donner de la transparence aux procédures de passation des marchés publics ; à permettre un suivi de l’exécution des marchés de travaux par les partenaires nationaux, internationaux et les populations ; et réduire la charge de travail du personnel en charge des marchés publics.

Cet outil, a-t-il assuré, a reçu la certification du cabinet KPMG, le vérificateur indépendant du Projet d’amélioration et de la gouvernance pour la délivrance des services de base aux citoyens (PAGDS). « Cette certification a déclenché le décaissement de 5 millions de dollars soit 2,7 milliards FCFA dont le processus est en cours de finalisation. Pour l’heure, un montant de 1,4 milliards de FCFA a été mis à la disposition de l’Agence de gestion des routes (AGEROUTE) correspondant aux dépenses liées à la mise en place de l’outil », a précisé le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier. Non sans souligner qu’à ce jour, la plateforme compte 286 dossiers d’appel d’offre (DAO) mis en ligne, 600 entreprises recensées et 24 693 soumissions de DAO enregistrées.

Pour la Coordonnatrice du PAGDS, Yao Madeleine, « ageroutemarché.ci » est l’objet d’un « investissement important du programme d’activités » du projet sous sa responsabilité. Elle a saisi l’occasion pour rappeler que quatre (4) axes de développement caractérisent ledit projet, placé sous la tutelle du ministère de l’Economie et des Finances. A savoir, renforcer la capacité du gouvernement en matière de budgétisation, de passation des marchés axés sur les résultats ; améliorer des prestations de services ciblés dans l’éducation ; faciliter l’accès aux services financiers (inclusion financière) ; et améliorer la gestion des contrats routiers.

Selon Yao Madeleine, le PAGDS était un test que le gouvernement ivoirien et la Banque mondiale, par son appui, ont souhaité mettre en place. « Et nous avons réussi à avancer », s’est félicitée la Coordonnatrice du PADGS, par ailleurs Conseillère technique du ministre de l’Economie et des Finances.

La Directrice des opérations de la Banque mondiale, Coralie Gevers, s’est, quant à elle, dite impressionnée par la réalisation de la plateforme « ageroutemarché.ci » et a souhaité qu’une telle expérience soit appliquée à d’autres domaines.

L’outil informatique a finalement été réceptionné, pour usage, par le Directeur général de l’AGEROUTE, Pierre Demba.

SOURCE : SERCOM MEF