Accès des populations aux services financiers formels : La Côte d’Ivoire lance la Stratégie nationale d’inclusion financière 2019-2024

Représentant le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné, a procédé ce mercredi 26 juin 2019 à la Primature au Plateau, au lancement officiel de la Stratégie nationale d’inclusion financière (SNIF) 2019-2024 de la Côte d’Ivoire, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, et du Gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné. 

« La Stratégie nationale d’inclusion financière 2019-2024 traduit la vision du Gouvernement de favoriser l’accès des populations aux produits et services financiers, notamment aux populations dites vulnérables. Il s’agit donc d’une réforme majeure du Gouvernement qui permettra d’accélérer et de renforcer, conformément aux instructions de M. le Président de la République, SEM Alassane Ouattara, la redistribution des richesses issue de la croissance économique forte que connaît notre pays depuis 2012 », a indiqué le ministre Bruno Koné.

Cette stratégie, a-t-il poursuivi, vise surtout à améliorer l’accès au financement par les jeunes, les femmes, les populations rurales, les promoteurs des petites et moyennes entreprises, les artisans, les planteurs… notamment à travers l’élargissement de la gamme des produits financiers et leur adaptation aux attentes des populations, le renforcement des capacités des acteurs du système financier, la consolidation de la viabilité des systèmes financiers décentralisés, et le développement plus accru des services financiers numériques.

L’émissaire d’Amadou Gon a, également, fait savoir que la SNIF vient fédérer les réformes engagées par le Gouvernement pour la mise en place d’un système financier performant et inclusif. « En se dotant de la SNIF, le Gouvernement entend porter le taux d’inclusion financière de 40% en 2017 à 60% d’ici 2024 », a précisé Bruno Koné. Non sans inviter, au nom du Premier ministre, les partenaires techniques et financiers, les acteurs du système financier, le secteur privé, la société civile, etc. à « s’approprier cette stratégie et à contribuer à sa mise en œuvre effective pour le bonheur de nos concitoyens ».

Le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, a, pour sa part, souligné que la SNIF pour la période 2019-2024 est le résultat d’une démarche collaboratrice et participative entamée en 2018, avec la création de l’Agence de Promotion de l’Inclusion Financière (APIF). A cet effet, il a rappelé qu’un symposium sur l’inclusion financière organisé en juin 2018 a fait ressortir que l’écosystème financier de la Côte d’Ivoire comprend 28 banques, 2 établissements financiers à caractères bancaires, 50 institutions de microfinance et 3 établissements offrant des services financiers via la téléphonie mobile. « En outre, la situation de l’inclusion financière de notre pays, à travers les trois principaux indicateurs, se présente comme suit, en 2017 : le taux de bancarisation strict ressort à 17% ; le taux de bancarisation élargi aux Systèmes Financiers Décentralisés est de 25% ; et le taux global d’inclusion financière s’établit à 41% », a ajouté le ministre Adama Koné. Pour lui, l’analyse de ces indicateurs permet de noter que le secteur de la microfinance et les services financiers, via la téléphonie mobile, constituent les principaux vecteurs de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire.

Quant au Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné, il a relevé que l’inclusion financière facilite l’accès au crédit, améliore l’épargne et la collecte des dépôts et contribue à une allocation optimale des ressources dans l’économie. A l’en croire, elle favorise aussi la réduction de la pauvreté et des inégalités, surtout pour les populations rurales et vulnérables, à faibles revenus. Le Gouverneur de la BCEAO a, par ailleurs, rappelé que les Etats membres de l’UEMOA, sous l’impulsion de la Banque mondiale, ont adopté en juin 2016 une stratégie régionale d’inclusion financière. « Cette stratégie régionale, qui se veut un cadre de référence pour l’ensemble des huit Etats membres, vise, comme objectif principal, à permettre à 75% des populations de l’Union d’accéder aux services financiers à des coûts abordables, sur l’horizon de 5 ans », a-t-il conclu.

Une présentation de la SNIF 2019-2024 a été faite par Mme Caroline Tioman, Conseillère technique du ministre de l’Economie et des Finances. Selon cette présentation, les actions spécifiques de ladite stratégie en direction des secteurs de la banque, de la microfinance et du mobile banking sont réparties selon cinq axes stratégiques. A savoir, l’amélioration de l’accès aux services financiers des populations vulnérables et exclues du système bancaire classique, la promotion de la finance numérique, l’éducation financière et la protection des clients, l’adoption d’une règlementation évolutive permettant une supervision plus efficace, ainsi que l’élaboration d’un cadre fiscal et des politiques favorables à l’inclusion financière.

SOURCE : SERCOM MEF