Projets eau potable et Filets sociaux productifs : La Banque mondiale apporte son appui de 146 milliards à la Côte d’Ivoire

La Banque mondiale a octroyé au Gouvernement ivoirien, respectivement 58 500 000 000 milliards FCFA pour le financement additionnel du Projet Filets Sociaux Productifs et 87 800 000 000 milliards FCFA pour celui du Renforcement de l’Alimentation en Eau potable et en Assainissement en Milieu Urbain (PREMU 2).

Le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné et Madame Coralie Gevers, Directrice des Opérations de la Banque mondiale, ont procédé à la signature conjointe de l’accord de financement additionnel de ces deux projets, ce mardi 23 juillet, à la salle de conférence du 20è étage de l’immeuble SciamPlateau.

«Le Financement additionnel du Projet Filets Sociaux Productifs, d’un montant de 89 100 000 Euros, soit environ 58 500 000 000 FCFA sous forme de Crédit, aux conditions IDA est remboursable sur une période de 30 ans y compris un différé de paiement de cinq (05) ans. Le Projet s’exécutera sur une période cinq (05) ans », a indiqué l’émissaire du Gouvernement ivoirien avec à ses côtés le Ministre de l’hydraulique, Laurent Tchagba.

Ce Financement, a-t-il expliqué permettra de poursuivre la phase d’extension du Projet en l’étendant au milieu urbain et en passant de 50 000 ménages à 100 000 au moins à fin 2019 et 125 000 en 2020.

«En d’autres termes, il permettra de couvrir 75 000 ménages complémentaires qui bénéficieront des allocations trimestrielles jusqu’en 2024, étendant ainsi progressivement sa couverture nationale. Il s’agit là d’une priorité nationale inscrite en bonne place au nombre des douze (12) mesures phares à impact large et rapide du Programme Social du Gouvernement (PSGouv) », a ajouté le Ministre Adama Koné. Non sans rappeler que l’ensemble des 50 000 ménages bénéficiaires perçoivent effectivement leurs transferts. Le volume des transferts à fin juin 2019 se chiffre à 11 313 500 000 F CFA dont 10 980 000 000 FCFA de transferts directs aux bénéficiaires et 333 500 000 FCFA de frais de retrait (1100 FCFA par ménage) supportés par le Projet.

Concernant l’Accord de Financement additionnel du Projet de Renforcement de l’Alimentation en Eau potable et en Assainissement en Milieu Urbain (PREMU 2), il est d’un coût de 133 800 000 Euros, soit environ 87 800 000 000 FCFA sous forme d’un Crédit. Ici également, la maturité est de 30 ans avec un différé de 5 ans, a-t-il confié.

Selon lui, ce financement va entre autres, améliorer l’accès à une alimentation en eau de qualité dans les centres urbains secondaires ainsi qu’aligner davantage les actions mises en œuvre sur le « Programme Social du Gouvernement 2019- 2020 » et sur l’objectif d’améliorer le capital humain.

A en croire, la directrice des opérations de la Banque Mondiale, Coralie Gevers, aujourd’hui, bien que 90 % de la population à Abidjan a accès à l’eau potable, seuls 45% de celles qui vivent dans les autres centres urbains y ont accès. « Bien que l’on note une amélioration des performances depuis 2014, la fiabilité et la pérennité des services fournis se sont considérablement détériorées faute d’investissements et de maintenance pendant les années de crise », a-t-elle déploré.

C’est pourquoi, a assuré Madame Coralie Gevers, l’Institution financière internationale est prête à continuer à appuyer la mise en œuvre efficace du PREMU et du Projets des Filets Sociaux Productifs dans l’intérêt des populations bénéficiaires.

D’autres financements sont en cours de préparation, notamment le financement Additionnel du Projet Emploi Jeunes et Développement des Compétences (PEJEDEC), le Projet de Mobilité Urbaine ainsi que celui de l’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU).

SOURCE : SERCOM MEF