Afrique subsaharienne / Rapport FMI-Perspectives économiques régionales : La Côte d’Ivoire classée parmi les pays à bonnes performances de croissance

« 7,5% de croissance économique pour l’année 2019 et 7,3% pour 2020. Avec ces taux, la Côte d’Ivoire fait partie des pays qui ont une bonne performance de croissance économique ». C’est ce qui ressort de l’intervention de M. Papa N’Diaye, Chef de division Etudes Régionales au département Afrique du Fonds Monétaire International (FMI), lors de la présentation du rapport 2019 des perspectives économiques régionales de l’Afrique Subsaharienne, en présence du Ministres de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly et du Ministre auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo.

Au nom du Premier Ministre Gon Coulibaly, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly a procédé au lancement de ce rapport du FMI, ce lundi 28 octobre, à la salle de l’auditorium de la primature au Plateau.

Le Chef de division Etudes Régionales au département Afrique du Fonds Monétaire International, M. Papa N’Diaye, qui a eu la charge de présenter le rapport 2019, a salué les performes de croissances économiques enregistrées par la Côte d’Ivoire. Il a indiqué également que selon les conclusions du rapport, « la croissance en Afrique subsaharienne devrait se maintenir à 3,2% en 2019 et s’accélérer à 3,6% en 2020 ».

Le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, par ailleurs panéliste à cette cérémonie, s’est réjoui que la performance de la croissance économique de la Côte d’Ivoire soit reconnue par le FMI et la Banque mondiale. «Depuis 2012, le taux de croissance de la Côte d’Ivoire est parmi les plus élevés au niveau mondial. Nous sommes dans une situation où l’économie se transforme de façon structurelle. Le pays se diversifie. Ce sont donc des éléments qui permettent de réduire la vulnérabilité de notre économie », s’est-t-il satisfait.

Concernant la question de l’endettement, le Ministre a rassuré que le pays a un endettement à risque modéré. « En fin 2018, nous sommes sortis avec un ratio autour de 48% qui est largement en deçà de la norme communautaire UEMOA qui de est de 70%.

Cette stratégie d’endettement est complétée par une viabilité de la dette », a précisé le Ministre.