Journée de diffusion des Comptes Extérieurs 2018 de la Côte d’Ivoire / Enquête Balance des Paiements : Le Ministre Adama Coulibaly satisfait du taux de 93% de réponses des entreprises

_En présence de représentants des organisations internationales, d’éminents universitaires, des représentants du patronat, des services officiels du secteur privé et des associations professionnelles, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, a procédé ce vendredi 13 décembre 2019 au siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Abidjan-Plateau, à l’ouverture de la Journée de diffusion des Comptes Extérieurs 2018 de la Côte d’Ivoire. Il avait à ses côtés le Directeur national de la BCEAO, Chalouho Coulibaly, et le Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Assahoré Konan Jacques._

L’une des missions confiées à la BCEAO en matière de conduite de politiques économiques est de superviser et de rendre compte des relations financières entre les Etats de l’Union Economique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le reste du monde. C’est dans ce cadre, a situé M. Chalouho Coulibaly, que la Banque centrale élabore les statistiques de la balance des paiements, en collectant les données par le biais d’enquête, notamment auprès d’un échantillon d’entreprises. Ainsi, a-t-il précisé, la Journée de diffusion des Comptes Extérieurs 2018 de la Côte d’Ivoire vise à porter les résultats de l’enquête menée auprès des opérateurs économiques à la connaissance de ceux-ci.

« Cette rencontre offre également l’opportunité aux structures qui ont fourni les données de mener avec les autres participants à cette cérémonie des échanges de vues sur les problématiques économiques qui transparaissent à travers ces statistiques », a fait savoir le Directeur national de la BCEAO.

Le ministre Adama Coulibaly, s’est pour sa part, félicité des taux de réponse records sans cesse croissants des entreprises lors de ces enquêtes au cours des dernières années.

« En effet, (…) les taux de réponse au cours des dernières années ont été très élevés. Et le taux de réponse dernier est de 93% après un taux de 89,9% l’an dernier et 85,4 % enregistré un an plus tôt. Ces évolutions positives ou mieux ces performances renforcent la qualité et la fiabilité des données relatives aux échanges de notre pays avec l’extérieur et méritent d’être maintenues durablement », s’est réjoui le ministre de l’Economie et des Finances. Non sans souligner que la balance des paiements demeure l’un des instruments privilégiés de mesure de la bonne santé de l’économie d’un pays, voire d’une zone monétaire donnée.

A ce titre, a-t-il rappelé, la balance des paiements permet de mesurer le degré d’ouverture de l’économie sur l’extérieur, de donner un éclairage sur l’attractivité du pays en termes d’investissements directs étrangers et d’identifier objectivement les causes des déséquilibres macroéconomiques conjoncturels ou structurels, afin d’y apporter des réponses appropriées, en cas de besoin.

« Pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, il convient de retenir que le solde courant, l’un des principaux indicateurs d’analyse macroéconomique de la balance des paiements, est ressorti déficitaire au cours des dernières années. Cette situation peut se comprendre dans une économie en pleine croissance comme la nôtre et dans le contexte actuel de la mise en œuvre par le Gouvernement du Plan national de développement 2016-2020 (PND 2016-2020), qui permettra de créer les conditions d’une croissance durable, dont les résultats sont d’ailleurs perceptibles en termes de croissance soutenue et d’amélioration continue des conditions de vie de nos concitoyens », a expliqué le ministre Adama Coulibaly.

En tout état de cause, a-t-il ajouté, conscient de la nécessité de garantir l’équilibre interne et externe de l’économie ivoirienne, le Gouvernement ne ménage aucun effort, sur la base des résultats issus d’analyses des comptes macroéconomiques pour envisager les mesures idoines visant la transformation accrue des matières premières de la Côte d’Ivoire, l’attractivité des capitaux étrangers par l’amélioration de l’environnement des affaires, et la poursuite des réformes structurelles.

Président du Comité de la balance des paiements, Assahoré Konan Jacques, par ailleurs Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, a, quant à lui, indiqué que son équipe a mis en œuvre au cours de l’année 2019, des actions de sensibilisation et de communication préalable au lancement de l’enquête de collecte des données. A savoir l’organisation d’une journée de lancement de ladite enquête et surtout la diffusion de spots-télé pour informer et sensibiliser davantage le public cible.

SOURCE : SERCOM MEF