Séminaire régional sur la budgétisation sensible au genre en Afrique francophone Le Ministre Adama Coulibaly : « La réduction des inégalités de genre constitue un impératif pour permettre à l’Afrique d’exploiter son plein potentiel économique »

Un séminaire régional sur la budgétisation sensible au genre en Afrique francophone s’est ouvert, ce lundi 3 février, à l’hôtel Pullman d’Abidjan- Plateau, dans le cadre de la mise en œuvre de ce type de budget. Le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly a procédé à cet effet à l’ouverture des travaux.

« … Comme plusieurs analyses le démontrent, la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes favorise la croissance économique et le développement. C’est dire que la réduction des inégalités de genre constitue un impératif pour permettre à l’Afrique Subsaharienne d’exploiter son plein potentiel économique », a déclaré le Ministre.

Il a rappelé que le PNUD a évalué dans son rapport récent sur le développement humain en Afrique, les pertes économiques totales annuelles liées aux écarts entre genre en Afrique Subsaharienne à environ 94 milliards de dollars.

Ainsi a-t-il invité les Etats à intégrer pleinement le volet genre dans les politiques de développement, en vue d’accélérer l’égalité de genre. Non sans recommander la prise en compte de trois dimensions. Il s’agit de l’adoption de réformes juridiques, de politiques et de programmes en vue de l’autonomisation des femmes ; la sensibilisation des populations pour l’élimination des pratiques discriminatoires basées sur le genre en matière d’accès aux services de base ; la promotion et l’accroissement de la participation et du leadership des femmes dans la prise des décisions économiques et sociétales.

Pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, le Ministre Adama Coulibaly a assuré que la politique poursuivie par le Gouvernement permet d’assurer la prise en compte de ces trois dimensions avec les réformes entreprises au plan juridique, législatif et politique. Il a confié que le budget consacré au Ministère de la Femme et aux enfants a presque doublé de 2011 à 2020, passant de 9 milliards F CFA à plus de 18 milliards FCFA.

Pour consolider ces acquis, selon lui, il est essentiel de s’appuyer sur l’un des instruments clés de la politique économique à savoir le budget, pour adresser efficacement la question de genre dans les Etats. Il a donc salué la tenue de la présente cérémonie.

Pour sa part, SEM Jobst Von Kirchmann, Ambassadeur de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire, a indiqué que l’égalité entre les femmes et les hommes est un avantage pour la société, avant de saluer le rôle que jouent les femmes dans la croissance économique des pays.

Le représentant-résident du FMI, Jose Gijon, a révélé qu’une réduction des inégalités en Afrique Subsaharienne permettrait d’augmenter la croissance par habitant de 0,9% point de pourcentage.

Financées par l’Union Européenne (UE), ces assises prennent fin le mercredi 5 février prochain.

SOURCE : SERCOM MEF