Projets d’assainissement et autonomisation de la femme : la Banque mondiale décaisse plus de 224 milliards

Le Ministre de l’économie et des Finances, Adama Coulibaly et la Directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, Coralie Gevers ont paraphé, ce vendredi 19 juin, deux accords d’un montant total de 224 680 000 000 FCFA pour le financement de projets. Il s’agit des Projets d’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU) et celui du Financement Additionnel du Projet Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel (SWEDD). La cérémonie a eu pour cadre la salle de conférence du 20 ème étage de l’immeuble Sciam-Plateau.

Dans son allocution, le Ministre Adama Coulibaly a fait savoir que le Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU) est d’un coût d’environ 188 731 200 000 Francs CFA, octroyés sous forme de Crédit IDA par la Banque Mondiale. Précisant qu’il est remboursable sur une période de 30 ans avec un différé de paiement de 9 ans.

«Fruit de la coopération entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la Banque mondiale, l’avènement du Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine est plus que salutaire, dans le contexte de la lutte que mène de façon vigoureuse le Gouvernement ivoirien contre les inondations récurrentes et la gestion des déchets solides à Abidjan et dans certaines villes du pays. (…) Le projet proposé s’inscrit dans le PND 2016-2020 et vise donc à faire face aux risques d'inondation actuels et futurs », a indiqué l’argentier du Gouvernement.

Dans un futur proche, a poursuivi M. le Ministre, le PARU va bénéficier également d’une contribution de 30 millions de dollars US de la Coopération Espagnole ainsi que d’une garantie de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) dans le cadre de la construction d’un Centre d’Enfouissement Technique à Kossihouen au nord-ouest d'Abidjan pour le traitement d’environ 1 250 000 tonnes de déchets solides par an.

Quant à l’Accord de Financement Additionnel du Projet Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel (SWEDD), le Ministre a souligné qu’il est d’un montant d’environ 35 948 800 000 FCFA octroyés sous forme d’un Crédit de l’IDA avec une maturité de 30 ans et un différé de paiement de 5 ans.

« Ce Projet à caractère régional a bénéficié d’un premier financement de 30 millions de dollars, soit environ 17 062 000 000 F CFA. L’objectif de développement est d’accroître l'autonomisation des femmes et des adolescentes et leur accès à des services de santé reproductive, maternelle, infantile et néonatal de qualité. A terme, il s’agit d’accélérer la transition démographique en vue de la capture du dividende démographique », a confié le Ministre Adama Coulibaly.

Par ailleurs, le Ministre a profité de l’occasion pour rappeler les excellents résultats obtenus lors de la première phase du SWEDD, notamment le maintien des jeunes filles dans le premier cycle du secondaire, l’insertion de milliers de jeunes filles déscolarisées en milieu communautaire sur les compétences de vie et la santé sexuelle en vue de leur autonomisation.

A l’en croire, le financement additionnel va permettre de renforcer et consolider ces acquis dans les zones initiales du Projet et étendre les activités à de nouvelles zones et toucher ainsi un plus grand nombre de bénéficiaires. Non sans ajouter que toutes ces activités devraient à terme permettre à la Côte d’Ivoire de maitriser sa démographie avec un objectif d’amener indice synthétique de fécondité de 4,6 aujourd’hui, à 3 en 2024.

Déplorant les inondations de ces derniers jours, la Directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, Coralie Gevers, a confié que des spécialistes estiment qu’en moyenne 60 mille personnes sont touchées par les inondations en Côte d’Ivoire chaque année et des pertes économiques sont évaluées à près de 0,7 % du PIB. Avant de préciser également qu’une étude de son institution a conclu que l'absence de système de drainage adéquat et une gestion défaillante des déchets étaient deux des facteurs les plus aggravants des inondations récurrentes.

« Le Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine répond à ce besoin d’améliorer la gestion des eaux pluviales et des ordures ménagères afin de réduire les risques d’inondations et sanitaires élevés auxquels sont confrontés les ménages urbains vulnérables. Il doit procéder dès la première phase de mise en œuvre, à la construction ou réhabilitation de systèmes de drainage pour une meilleure canalisation des eaux pluviales dans les quartiers les plus exposés de Yopougon et Abobo, et Grand Bassam », a-t-elle relevé.

Pour le projet SWEDD, Madame Coralie Gevers a expliqué qu’il continuera à investir dans des activités qui ciblent les adolescentes et leurs communautés afin d'améliorer les compétences psychosociales et les connaissances des jeunes filles en matière de santé sexuelle et reproductive, de les maintenir à l'école et d'élargir leurs perspectives économiques.

SOURCE : SERCOM MEF