Eurobond 2020/Mobilisation exceptionnelle de 1 milliard d'euro : les investisseurs renouvellent leur confiance à la Côte d’Ivoire et au Président Alassane OUATTARA

La Côte d’Ivoire s’est signalée à nouveau sur le marché international des obligations avec l’émission d’un nouvel Eurobond. Qu’est-ce qui a motivé cette opération ?

Je voudrais vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez de revenir sur les résultats inédits que nous avons obtenus sur le marché international des capitaux. La Côte d’Ivoire a réussi avec succès ce mardi 24 novembre 2020, une nouvelle opération d’émission d’Eurobond sur le marché international. Il faut relever que cette opération a deux volets.

Une phase de mobilisation de ressources et une autre qui consiste en rachat des obligations en vie sur le marché. La transaction a été clôturée ce mardi avec la mobilisation d’un milliard (1000 000 000) d’Euros soit environ 656 milliards de FCFA. Notre pays est ainsi le premier pays d’Afrique Subsaharienne à sortir sur le marché international pour lever des fonds, depuis la pandémie à Covid-19. Ce choix a été motivé par plusieurs facteurs.

Je voudrais vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez de revenir sur les résultats inédits que nous avons obtenus sur le marché international des capitaux. La Côte d’Ivoire a réussi avec succès ce mardi 24 novembre 2020, une nouvelle opération d’émission d’Eurobond sur le marché international. Il faut relever que cette opération a deux volets.

Une phase de mobilisation de ressources et une autre qui consiste en rachat des obligations en vie sur le marché. La transaction a été clôturée ce mardi avec la mobilisation d’un milliard (1000 000 000) d’Euros soit environ 656 milliards de FCFA. Notre pays est ainsi le premier pays d’Afrique Subsaharienne à sortir sur le marché international pour lever des fonds, depuis la pandémie à Covid-19. Ce choix a été motivé par plusieurs facteurs.

D’abord, il faut noter que cette opération s’inscrit dans le cadre de la Stratégie de Gestion de la Dette à Moyen Terme de la Côte d’Ivoire, convenue avec le Fonds Monétaire International (FMI). Elle vise notamment (i) à réduire le risque de refinancement et des pics de maturité à court et moyen terme, (ii) l’allongement de la maturité moyenne de la dette publique et (iii) la réduction de la part de la dette publique exposée aux fluctuations de change. Elle est également en droite ligne des recommandations du FMI, en matière de gestion de la dette publique.

Par ailleurs, ce recours au marché international vient du fait que notre marché de l’Union a été beaucoup sollicité par les huit Etats membres en vue d’honorer les dépenses additionnelles générées par la pandémie à la Covid-19. La Côte d’Ivoire en sa qualité de premier émetteur de ce marché local devait y réduire son recours afin de permettre aux autres pays, qui n’ont pas accès au marché international, de combler leurs besoins financiers.

Dans le même temps, le marché international qui avait été abandonné pendant la crise sanitaire en raison des financements apportés par les Institutions de Bretton Woods (Fonds Monétaire International et Banque Mondiale), présente une forte liquidité actuellement, avec des taux d’intérêt (coût) bas. Ceci explique le timing que nous avons choisi. Grâce à ce timing bien choisi, nous avons pu obtenir un taux exceptionnel de 5% qui est un signe évident du succès de cette opération. D’ailleurs, plusieurs pays comptent nous emboiter le pas sur le marché international dès les prochaines semaines.

Quels étaient les montants recherchés et comment les investisseurs dans leur ensemble ont réagi à cette sollicitation ?

A l’origine, le montant recherché à travers cette émission obligataire était d’1 milliard d'euros (environ 656 milliards de FCFA) avec une maturité supérieure à 10 ans et un rendement de 5,5%.

Je voudrais préciser qu’il y a eu un véritable engouement sur ces titres. Pour preuve, le carnet des intentions de souscription a dépassé 5 milliards d’euros, soit plus de 5 fois le montant recherché. Finalement, après l’adjudication, nous avons retenu un milliard d’Euros, d’une maturité de 10 ans aux conditions très favorables de 5% de taux et 5,00 % de taux de rendement. Ce taux témoigne de la qualité de leaderhsip du président de la République et de la signature de notre pays.

En effet, en comparaison avec la précédente émission d’eurobonds qui a eu lieu en octobre 2019, le pays avait payé 5% de taux à l’émission de 850 millions d’euros (558 milliards de FCFA) en eurobonds de maturité similaire.

Depuis l’accession au pouvoir de SEM Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire bénéficie de la confiance des investisseurs présents sur les marchés. D’ailleurs, les nombreux succès réalisés lors des précédentes émissions en sont la preuve.

Récemment, avec les violences observées à l’occasion des élections présidentielles, l’on aurait pu croire que cette confiance ait été ébranlée. Pourtant, durant la même période, les investisseurs ont affiché un intérêt remarqué pour les titres d’emprunt internationaux émis par la Côte-d’Ivoire. En fait, selon des données compilées par Bloomberg, la demande pour les eurobonds du pays a augmenté, faisant grimper leurs prix de 6,9% sur le mois d'octobre. La valeur des eurobonds ivoiriens a ainsi affiché la plus forte progression en Afrique au cours du mois analysé, bien mieux que celles du Kenya, du Ghana et de l'Afrique du Sud.

Que traduisent ces résultats exceptionnels obtenus dans un contexte mondial marqué par la pandémie de la Covid-19 et aussi pour un pays qui sort d’une élection présidentielle qui s’est déroulée dans une atmosphère socio-politique tendue ?

L’opération Eurobond 2020 s’est très bien déroulée comme vous l’avez noté. Nous avons réussi à mobiliser le montant que nous recherchions, à un taux 5%. Pour le remboursement de cette opération nous avons négocié et obtenu des investisseurs un amortissement qui nous permet un paiement en trois tranches.

Ces résultats exceptionnels traduisent la confiance renouvelée des investisseurs aux fondamentaux de notre économie. En effet, les performances économiques que notre pays a enregistrées ces dernières années, avec une croissance moyenne de plus de 7% de 2012 à 2019 ont envoyé un signal positif à tous nos partenaires. Ces performances ont été confirmées encore en 2020, notamment grâce à la mise en œuvre parfaite du Programme Economique et Financier 2016-2020 conclu avec le FMI. Contrairement à la plupart des pays du monde et particulièrement ceux d’Afrique subsaharienne, la croissance ivoirienne ressortirait positive, avec un taux de 1,8% en 2020, en dépit de l’impact de la Covid19.

Cette résilience de notre économie est soutenue par les mesure prises par le Gouvernement pour faire face à cette pandémie. Concernant l’environnement sociopolitique, il convient de rappeler qu’au lendemain de la confirmation de son élection par le Conseil Constitutionnel, le Président de la République,SEM Alassane OUATTARA a lancé un appel au dialogue avec l’opposition pour apaiser le climat. Cet appel a été matérialisé par un tête à tête entre le Président de la République et le chef de l’opposition, le Président Henri Konan BEDIE, le 12 novembre 2020 à l’hôtel du Golf. Depuis cette rencontre et les deux déclarations qui ont été prononcées, les violences observées dans quelques villes de l’intérieur ont cessé. Cela a montré une fois de plus, la capacité de notre pays à sortir des crises et c’est cette réalité qui a contribué à rassurer les investisseurs.

Par ailleurs, je voudrais relever un fait rare dans le contexte actuel. C’est le maintien de la notation financière de la Côte d’Ivoire par les Agences Moody’s (Ba3, perspective stable) et Fitch (B+, perspective positive) parmi les plus élevées d’Afrique subsaharienne.

Le fait pour les investisseurs de savoir que le pays est toujours tenu par le Président Alassane OUATTARA a-t-il joué en faveur du succès de cette opération ?

Les performances économiques réalisées sous le Président OUATTARA constituent un gage de confiance auprès des investisseurs. Cette œuvre du Président a été comme une mise en orbite de notre économie et la confiance des investisseurs est désormais renforcée par cet espoir que suscite notre pays.

En réalité, c’est parce que les investisseurs semblent confiants que le Gouvernement maintiendra les politiques publiques robustes qui ont contribué à alimenter une croissance économique annuelle d’au moins 7% depuis 2012.

Notre croissance devrait reprendre son dynamisme à partir de 2021, avec un taux projeté à 6,5% et un déficit budgétaire de 4,6%. Les perspectives sont toutes aussi meilleures à moyen terme avec un déficit qui devrait atteindre 3% en 2023, respectant ainsi la norme communautaire.

Comment s’est déroulée techniquement cette opération de levée de fonds, l’absence de contact physique avec les investisseurs et de roadshow n’aurait-il pas pu affecter le succès de cet Eurobond ?

Sur le plan technique, cette opération s’est déroulée comme les précédentes. C’est-à-dire une préparation préalable en collaboration avec les banques (BNP Paribas, JP Morgan et Standard Chartered) que nous avons choisies après appel d’offres pour gérer la vente. Il est bien vrai que l’absence de road show physique peut être un facteur bloquant pour la réussite d’une émission obligataire internationale. Cependant, le contexte actuel marqué par la pandémie de la Covid-19 a induit un changement de comportement sur le marché avec le recours aux rencontres virtuelles. D’ailleurs, même au plus fort de la crise sanitaire le marché est resté ouvert. Il a continué de fonctionner à son rythme normal et grâce à la technologie, les déplacements physiques peuvent être substitués par les rencontres par vidéoconférence ou encore net-road show.

Pour notre part, nous avons adopté une stratégie marketing appropriée. Ainsi, suite à l’annonce de l’opération le lundi 23 novembre 2020, des conférences téléphoniques ont été organisées avec un total de 40 investisseurs basés à Londres et aux USA. Un autre avantage de notre pays est sa régularité sur le marché financier international. Il bénéficie à cet égard de la confiance des investisseurs qui savent qu’en achetant les eurobonds de la Côte d’Ivoire, ils réalisent un placement sûr.

C’est le lieu d’adresser les remerciements au nom du Gouvernement à toute l’équipe qui a participé au succès de cette opération. Il s’agit de nos conseils financiers et juridiques, ainsi que nos collaborateurs ici à Abidjan.

A quels besoins de financement cet Eurobonds va-t-il servir en priorité ?

Je pense que c’est la préoccupation majeure de nos populations. Il faut rappeler que les 656 milliards de FCFA qui ont été mobilisés serviront à deux choses. Une partie, environ 150 milliards de FCFA, viendra alimenter le budget de l’Etat pour financer les investissements prioritaires prévus dans la loi de Finances 2020, conformément aux engagements pris avec le FMI.

Le montant restant, sera consacré au rachat de trois (03) séries d’Eurobonds existantes. Ainsi, cette opération rentre dans le cadre de notre gestion proactive du profil de la dette publique de la Côte d'Ivoire et de notre Stratégie de Gestion de la Dette à Moyen Terme.

Je vous remercie.