Mobilité urbaine du Grand Abidjan, renforcement des services météorologiques et infrastructures routières : L’AFD et la Côte d’Ivoire signent 3 accords de financement d’environ 113,5 milliards de FCFA

Le Transport, l’Agriculture et les Infrastructures routières sont les 3 grands secteurs directement bénéficiaires des 3 accords de financement d’un montant d’environ 113,5 milliards de FCFA signés le jeudi 28 mai 2020 au 20 e étage de l’immeuble Sciam au Plateau, entre l’Agence française de développement (AFD) et la Côte d’Ivoire.

Représentants respectivement les parties ivoirienne et française à la cérémonie, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, et l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, SEM Gilles Huberson, ont mis en lumière l’intérêt des projets concernés par ces 3 accords et la qualité de la coopération ivoiro-française, en présence du Directeur de l’AFD, Emmanuel Debroise.

Se félicitant de la signature desdits accords, « d’un montant cumulé de 173 millions d’euros, soit environ 113,5 milliards de FCFA », le ministre Adama Coulibaly a indiqué que les financements sont destinés « à l’amélioration de la mobilité urbaine à Abidjan, d’un coût de 90 millions d’euros, soit environ 59 milliards de FCFA ; au renforcement des services météorologiques, d’un montant de 28 millions d’euros, soit 18,4 milliards de FCFA ; et à l’achèvement des travaux de construction et de réhabilitation d’infrastructures routières, d’un coût de 55 millions d’euros, soit 36 milliards de FCFA ».

A l’en croire, les 3 projets constituent des enjeux majeurs. En effet, avec le concours de la Banque mondiale, le Projet de Mobilité Urbaine d’Abidjan vise à améliorer l’accès des populations à des moyens de transports collectifs modernes et sécurisés, à travers la construction d’une ligne Est-Ouest de 20 km entre les quartiers de Yopougon et Bingerville équipée de bus articulés électriques (BRT) ; la réorganisation et le renforcement des lignes de bus de la SOTRA en vue d’améliorer le rabattement vers les futures lignes de métro et de BRT ; et la professionnalisation du transport artisanal non conventionné, pour en améliorer l’efficacité et la qualité de service. Quant au Projet de Renforcement des services de météorologie, répondant à la stratégie du Gouvernement de Vigilance Climatique et Météorologique (Plan VIGICLIM), il vise essentiellement l’amélioration des capacités de prévisions par le renforcement du réseau national d’observations météorologiques, et l’amélioration des capacités de traitement et de diffusion des informations météorologiques. S’agissant des travaux de construction et de réhabilitation routière, le financement complémentaire permettra l’achèvement, dans les meilleures conditions, de la route du nord entre Bouaké et Ferkessédougou, le Pont Houphouët-Boigny et 11 ouvrages (des ponts métalliques) en zone rurale, repartis sur l’ensemble du territoire national.

« C’est donc à juste titre que nous apprécions la contribution de l’AFD pour la réalisation desdits projets, qui permettront, entre autres, de disposer d’infrastructures routières aux normes requises, d’assurer une mobilité rapide, confortable et sécurisée des populations à Abidjan, ainsi que d’équiper nos services techniques d’outils de précisions pour anticiper les variations climatiques et météorologiques, à l’effet d’en contrôler les incidences, notamment, sur l’agriculture, fer de lance de notre économie », s’est réjoui le ministre de l’Economie et des Finances. Non sans donner l’assurance d’une utilisation efficiente des ressources mises à la disposition de l’Etat de Côte d’Ivoire.

L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, SEM Gilles Huberson, a, quant à lui, salué l’excellente qualité des relations entre la France et la Côte d’Ivoire, tout en souhaitant que de nombreuses entreprises françaises se présenteront pour ces chantiers et qu’elles se démarqueront pour les appels d’offre. Selon lui, cette cérémonie témoigne de la volonté partagée des deux Etats de « maintenir le rythme soutenu » de leur coopération.

Pour rappel, le montant global cumulé des approbations en prêts souverains de la France à la Côte d’Ivoire s’établit à ce jour à 880 millions d’euros, soit environ 577 milliards de francs CFA, dans des secteurs aussi diversifiés que sont l’énergie, les infrastructures routières, le transport, le développement urbain, l’éducation et la météorologie.

SOURCE : SERCOM MEF