Assemblée nationale : Le projet de budget-programmes 2021 du ministère de l’Economie et des Finances adopté en commission

La Commission des Affaires économiques et financières (CAEF) de l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité le projet de budget- programmes 2021 du ministère de l’Economie et des Finances. Le budget global 2021 de ce département ministériel est de 92,7 milliards de FCFA environ.

« Le budget global 2021 du ministère de l’Economie et des Finances est estimé à 92 743 715 485 FCFA, avec la répartition suivante : personnel : 20 710 004 879 FCFA ; biens et services : 13 367 507 581 FCFA ; transferts : 16 901 350 197 FCFA ; investissements : 41 764 852 828 FCFA », a précisé le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, dans sa présentation.

Ce budget, a-t-il poursuivi, se décompose entre ces quatre (4) différents programmes : Administration générale (77 092 580 173 FCFA) ; Gestion macroéconomique et politique économique et financière (1 526 319 004 FCFA) ; Trésor et Comptabilité publique (6 471 181 308 FCFA) ; et Comptes spéciaux du Trésor (7 653 653 000 FCFA).

En plus de ces programmes, le ministre Adama Coulibaly a ajouté que son département dispose de quatre (4) dotations ayant trait à la gestion de la dette. A savoir, dotation 1 : dettes intérieures-paiements d’intérêts ; dotation 2 : dettes intérieures-remboursement de capital ; dotation 3 : dettes extérieures-paiement d’intérêts ; et dotation 4 : dettes extérieures- remboursement de capital. Ces dotations ont respectivement pour budget 322 560 404 383 FCFA, 749 671 481 409 FCFA, 479 897 353 509 FCFA et 580 654 664 798 FCFA.

Par ailleurs, répondant aux préoccupations des parlementaires, le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué que l’Etat de Côte d’Ivoire n’a pas accumulé « de façon massive » la dette-fournisseur qui a été stratifiée en 30 ; 60 et 90 jours. Selon lui, la dette-fournisseur qui dépasse les 90 jours est en cours de paiement et se situe autour de 139 milliards de FCFA. Tout en notant qu’un plan d’apurement de ladite dette a été arrêté en accord avec le secteur privé, il a souligné : « La dette-fournisseur sur l’année 2019 a été totalement apurée et l’apurement de la dette-fournisseur 2020 se fait au fur et à mesure. »

Concernant la mise en œuvre du Plan de soutien économique lié au Covid-19, le ministre Adama Coulibaly a fait savoir que 59 000 acteurs du secteur informel ont bénéficié du fonds à eux dédié. Ce qui, a-t-il révélé, a nécessité un montant total de 15 milliards de FCFA.

« En termes de perspectives, le ministère envisage le renforcement du cadre règlementaire et institutionnel pour accompagner le développement du secteur privé, l’amélioration continue des modèles de prévisions économiques, l’accélération de la mise en œuvre des réformes visant à assainir la gestion des finances publiques et maintenir la stabilité du cadre macroéconomique, la poursuite des efforts de réduction des délais de paiement, la digitalisation des moyens de paiement et l’inclusion financière des populations ainsi que des PME/PMI », a conclu le ministre de l’Economie et des Finances, avant d’obtenir le quitus des députés de la CAEF.

Notons que cette présentation du ministre Adama Coulibaly se situe dans le cadre de l’analyse du projet de loi de finances portant budget de l’Etat pour l’année 2021. Lequel budget est estimé à 8 398,9 milliards de FCFA.

SOURCE : SERCOM MEF